Comment bien choisir un diagnostiqueur immobilier ?

Tous les diagnostics, à l’exception du diagnostic ERNMT (État des Risques Naturels, Miniers et Technologiques)ont l’obligation d’être réalisés par un diagnostiqueur formé et certifié. Quelques diagnostics, spécialement ceux qui touchent au plomb requièrent des mesures de protection spécifiques

Bien observer les certifications du diagnostiqueur

Pour effectuer un diagnostic immobilier, le spécialiste recruté doit être en mesure de vous montrer ses certifications. Elles doivent par ailleurs obligatoirement être présentes dans tous les rapports de diagnostics. Chaque diagnostic possède son propre examen et diplôme. Ce qui veut tout simplement dire qu’un diagnostiqueur n’est pas nécessairement habileté à effectuer tous les diagnostics. Les certifications sont délivrées par un organe agréé par le Comité Français d’Accréditation (COFRAC) et elles sont nominatives et concernent uniquement le diagnostiqueur, et non l’entreprise comme d’aucuns pourraient le penser.

La législation tout autour des diagnostics immobiliers progresse très régulièrement. Les certifications sont repassées tous les 5 ans, afin d’avoir toujours la même valeur. Constituées d’examen pratique et théorique, ces réévaluations sont associées à des audits fréquents. Si vous souhaitez connaître les certifications de votre diagnostiqueur ou d’un diagnostiqueur quelconque, vous pouvez vous renseigner sur l’annuaire élaboré par l’État.

Vérifier l’indépendance et l’assurance du diagnostiqueur

Diagnostiqueur immobilier est un métier très encadré par la loi. Les diagnostiqueurs se doivent par ailleurs d’être indépendants, depuis le décret d’octobre 2010. Afin d’empêcher tout conflit d’intérêts, ces derniers ne doivent en aucun cas mandater leurs apporteurs d’affaires. Un notaire ou agent spécialisé dans l’immobilier a par ailleurs l’obligation de proposer à sa clientèle plusieurs diagnostiqueurs et lui laisser le soin de faire son choix. Après avoir choisi votre diagnostiqueur, il est également important de s’assurer qu’il possède une responsabilité civile professionnelle. S’il y a des différends sur l’accomplissement des diagnostics, c’est ce dernier qui sera tenu pour responsable.

Se renseigner sur la durée d’intervention

Selon les diagnostics à effectuer et la surface du bien, la durée d’intervention du diagnostiqueur peut osciller entre 1 et plusieurs heures. Avant toute intervention, le diagnostiqueur peut être en mesure de vous fournir le temps fait sur place en fonction des diagnostics prévus. D’une façon générale, un diagnostic dure en moyenne entre 30 minutes et 1 heure 30 minutes en fonction de la superficie à étudier et de son degré de difficulté.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>